1-800-222-8477
Helping to Stop, Solve and Prevent Crime - Together
Aidons à Arrêter, Résoudre et Prévenir le Crime - Ensemble

THE CRIME STOPPERS PROMISE OF ANONYMITY:

WHAT TIPSTERS NEED TO KNOW

 

By providing information that Crime Stoppers will share with law enforcement agencies, you are providing an important and valuable public service.  We understand that disclosure of your identity might put you at risk.  We do everything we can to protect your anonymity.  Help us to help you by reading and understanding the information below.

The Tipsters’ “Bill of Rights”

  • The identity of a tipster must never be disclosed without clear direction from a Court.
    • Your protection from having any information revealed that could identify you is very nearly absolute.  Read the “Questions and Answers” below to understand the rare sorts of circumstances where a court may direct, after proper inquiry, that some or all of the information you have provided may have to be revealed.
  • A tipster does not have to identify him/herself as such during an investigation.
    • Police investigators are trained not to mention Crime Stoppers when interviewing witnesses (or even victims) in a criminal investigation.  If an investigator disregards this rule and asks if you are an informant, you are not required to reply.  Please advise the Crime Stoppers program that you have been dealing with if this question is ever asked.
  • A witness in a criminal trial may not be asked if he/she is a police informant.
    • If this question comes up, for example during cross examination, it should be objected to, and need not be answered.
  • A Crime Stoppers tipster does not have to identify him/herself, even to the police.
    • When giving information to Crime Stoppers, try to avoid details that would identify you to others.  For example, never give your name. Avoid describing a suspect as “my cousin”, “my neighbor”, etc.
  • If a Crime Stoppers tipster does identify him/herself to investigators, he or she is no longer part of the Crime Stoppers program.
    • Sometimes a tipster will elect to come forward and communicate directly with investigators.  This can be very helpful, but it results in the identity of the tipster becoming known to law enforcement.  In this case, the tipster will no longer be considered part of the Crime Stoppers program, and will not be eligible for a Crime Stoppers reward.  Police agencies have their own programs for working with confidential informants, which may include payment of compensation and protecting their identity.  Tipsters in this situation should confirm their expectations with investigators directly.
  • A Crime Stoppers tipster should not be drawn into active investigation.
    • As a tipster, you are asked to provide information that you already have.  The Crime Stoppers coordinator or call taker should not ask you to go looking for further information.  If you become an active part of the investigation, your protection as an anonymous informant may be open to challenge.
  • A Crime Stoppers tipster does not have to testify to qualify for a reward: the reward is paid on arrest or charge, not on conviction.
    • Your local Crime Stoppers program will have procedures in place to take your information, and then to follow up with you regarding any reward to which you may be entitled, in ways that will preserve your anonymity.  If you have any doubts or concerns, discuss them with the Crime Stoppers coordinator with whom you are dealing.

Questions and Answers on Anonymity

  • How does the justice system stand behind Crime Stoppers’ promise of anonymity?
    • The law provides that when a person provides information to the police in response to a guarantee of confidentiality, that person’s identity is protected by the rule of informer privilege.  The courts have held that this privilege extends to those providing information anonymously through Crime Stoppers[1]When the privilege applies, it “acts as a complete bar on the disclosure of the informer’s identity, and the police, the Crown and the courts are bound to uphold it.”[2]
  • When will the informer privilege rule not apply?
    • Informer privilege does not attach to a communication to Crime Stoppers made with the intention of “furthering criminal activity or interfering with the administration of justice”[3].
    • Informer privilege may exist, but may be limited or set aside in whole or in part, where there is evidence that disclosure of some or all of a tip is necessary to establish someone’s innocence[4].
    • A tipster having received the benefit of full legal advice may, for his or her own reasons, elect to waive the privilege.
  • What is meant by “furthering criminal activity or interfering with the administration of justice”?
    • The clearest example would be a caller who intentionally gives false information in order to direct police attention away from the subject of a criminal investigation or prosecution.  The caller could be the suspect, or a close associate.
    • Callers intentionally giving false information to try to get an innocent person into trouble would also face losing this protection.
    • A caller using the tip line to make threats, against persons or property, could also be denied the privilege.
  • If I give information that turns out to be incorrect, will I lose the protection of the privilege?
    • Not if you have acted in good faith.  Mistakes happen, and a tipster whose information turns out to be incorrect in one or more respects will still be protected if he or she acted with good intentions, believing at the time that the information would be useful in an investigation[5].
  • Who decides if I was acting in good faith?
    • When a question arises about the proper application of the informer privilege rule, a private court hearing must take place, usually in the absence of the accused person, before a judge will rule on whether the protection of privilege remains[6].  The privilege is presumed to apply until the judge rules otherwise.
  • When will “innocence at stake” affect the privilege?
    • When there is a basis on the evidence to believe that information in a tip may help to show an accused person’s innocence, and if the same information is not available from any other source, a trial judge must follow a carefully prescribed line of inquiry.  If the judge concludes that innocence is indeed at stake, the judge may direct that an edited version of the tip, containing only those portions needed to show innocence, be disclosed to the accused[7].
  • Will the tip always be disclosed when innocence has been shown to be at stake?
    • No.  Crown prosecutors are highly committed to protecting the anonymity of all informants, including Crime Stoppers tipsters.  If a finding of innocence at stake is made, the Crown still has the option of directing a stay of the charge before disclosing.  Since the finding strongly implies that there is going to be an acquittal in any event, the standard practice is to direct the stay without disclosing.
  • What sorts of circumstances support innocence at stake?
    • The tipster may be a material witness to the crime.  An accused person has a right to face his or her accuser, so a material witness (someone who saw the crime committed, and would have important first-hand information to offer) must be identified.  Material witnesses should properly be talking directly to the police, rather than to Crime Stoppers.  This includes victims of crimes, for obvious reasons.  The victim cannot be anonymous to the accused (although this is different from a ban on publication of the name of the victim, which can be put in place in appropriate cases).
    • The evidence might suggest that the accused person was lured by the tipster (in the role of “agent provocateur”) into committing a crime that he or she otherwise would not have committed, leading to issues of entrapment.
    • There may be evidence to suggest that some physical evidence (possibly drugs, weapons, etc.) was planted to frame an otherwise innocent person.

It is always Crime Stoppers’ primary goal to take whatever steps are necessary to protect the identities of our tipsters.  If you have any doubts or questions about how we shield you, discuss those concerns with the Crime Stoppers call taker or program coordinator before you provide your information. 

 

[1] R. v. Leipert, [1997] 1 SCR 281

[2] R. v. Durham Regional Crime Stoppers Inc., 2017 SCC 45, ¶1; R. v. Barros, 2011 SCC 51

[3] Durham, ¶16

[4] Leipert, ¶20 – 22

[5] Durham, ¶28

[6] Durham, ¶35 – 39

[7] Leipert, ¶33

La promesse d’Échec au crime de protéger l’anonymat.

Ce que tous les appelants devraient savoir.

En transmettant de l’information qu’Échec au crime partagera avec les services policiers, vous effectuez un important service public. Nous comprenons que de partager votre identité vous mettrait à risque. Nous faisons tout en notre pouvoir pour protéger cet anonymat. Aidez-nous à vous aider en lisant le contenu de ce message.

« Les droits d’un appelant »

  • L’Identité d’un appelant ne doit jamais être révélée sans une directive claire de la cour.
    • La protection de votre identité est presque absolue. Lisez la section « ’Questions et Réponses »’ ci-jointe pour comprendre dans quelles circonstances rares, la cour peut demander, après une enquête approfondie, que certaines informations que vous avez fournies soient divulguées.
  • Un appelant ne doit pas avoir à s’identifier durant une enquête.
    • Les enquêteurs de la police sont formés à ne jamais mentionner le nom d’Échec au crime pendant l’interrogatoire de témoins, victimes ou suspects, dans une enquête criminelle. Si un enquêteur vous demande si vous êtes un appelant, vous n’êtes en aucun cas obligé de répondre. Si cela devait se produire, signalez-le à votre programme Échec au crime local.
  • Un témoin dans un procès ne peut se faire questionner à savoir si elle/il est un informateur de police.
    • Si cette question survient, lors d’un procès, vous n’avez pas à y répondre.
  • Un appelant d’Échec au crime n’a pas à s’identifier, même à la police.
    • Si vous donnez de l’information à Échec au crime, évitez les détails qui pourraient vous identifier. Par exemple, ne jamais donner son nom. Évitez de décrire un suspect comme étant une connaissance, un cousin ou un voisin, etc.
  • Si un appelant s’identifie à des enquêteurs, elle ou lui ne font plus partie du processus d’Échec au crime.
    • Il arrive parfois qu’un appelant choisisse de communiquer directement avec les enquêteurs. C’est peut-être une bonne idée, mais le résultat est que l’identité de l’appelant est maintenant connue de la police. Dans ces cas-ci, l’appelant ne sera plus considéré comme faisant partit du programme Échec au crime et ne sera plus éligible à une récompense.      Les forces policières ont toutes un programme pour gérer les informateurs confidentiels. Les appelants devraient, dans ces situations, le confirmer avec les enquêteurs directement.
  • Un appelant d’Échec au crime ne devrait jamais participer activement à une enquête.
    • Comme appelant, on vous demande de fournir de l’information que vous possédez. Les opérateurs ne devraient jamais vous demander d’aller « ’chercher »’ de nouvelles informations. Si vous faites partie activement d’une enquête, votre anonymat ne peut plus être garanti. Vous ne pourrez plus recevoir de récompense. Les forces policières possèdent leurs propres systèmes de récompenses liés aux informateurs de police.
  • Un appelant Échec au crime ne devrait jamais participer activement à une enquête.
    • En tant qu’appelant, vous aurez à fournir de l’information que vous possédez déjà. Le coordonnateur/trice d’Échec au crime ne devrait jamais vous demander de trouver des preuves supplémentaires. Si vous devenez partie à l’enquête, la protection d’Échec au crime ne s’appliquera pas.
  • Un appelant n’a pas à témoigner à la cour pour se qualifier pour une récompense : la récompense est payée si les informations permettent d’arrêter un ou des suspects, pas pour une conviction.
    • Votre programme local Échec au crime met en place des procédures pour prendre votre information et effectuer les suivis nécessaires. Il fera aussi le suivi sur les récompenses, si elles sont demandées. Renseignez-vous auprès de votre programme local.

 

Questions et réponses sur l’anonymat

 

  • Comment le système judiciaire supporte-t-il la promesse d’anonymat ?
    • La loi stipule que si une personne fournit de l’information à la police avec une garantie de confidentialité, l’identité de cette personne est protégée par le privilège relatif aux indicateurs de police. Ce privilège s’étend aux personnes qui fournissent de l’information anonymement au travers les programmes Échec au crime. (1) Quand ce privilège s’applique, il « agit comme barrière à la divulgation de l’identité de l’appelant, et la police, la Couronne et la cour sont liées à ces décisions ». (2)
  • Quand est-ce que le privilège ne s’applique pas ?
    • Le privilège relatif aux appelants ne s’applique pas aux communications qui sont faites à Échec au crime avec l’intention « d’encourager une activité criminelle ou nuire à l’administration de la justice ». (3)
    • Le privilège relatif aux indicateurs de police peut exister, mais peut aussi être limité ou ignoré en partie ou en entier par la cour, si la preuve peut servir à innocenter un accusé. (4)
    • Un appelant ayant bénéficié de conseils légaux peut, de son plein gré et pour des raisons personnelles, décider de renoncer au privilège.
  • Que voulons-nous dire par « encourager une activité criminelle ou nuire à l’administration de la justice » ?
    • Le meilleur exemple serait qu’un appelant donne intentionnellement de fausses informations pour enlever les soupçons qui pèsent sur un suspect. L’appelant pourrait même être le suspect lui-même ou un de ses associés.
    • Un appelant qui donne intentionnellement de fausses informations dans le but de faire accuser une personne innocente pourrait perdre son privilège.
    • Un appelant qui utiliserait la ligne pour faire des menaces, contre une ou des personnes ou des biens, pourrait aussi perdre son privilège.
  • Si je donne de l’information qui plus tard s’avère incorrecte, est-ce que je perds mon privilège d’anonymat ?
    • Non si vous agissez de bonne foi. Des erreurs sont une réalité et l’appelant qui fournit une information de bonne foi et que cette information s’avère incorrecte sera quand même protégé si l’information partagée, l’a été avec de bonnes intentions.
  • Qui décide si j’ai agi de bonne foi ?
    • Quand une question sur l’application du privilège se présente, il y a une procédure appelée « voir dire » qui prend place. La plupart du temps, en l’absence de l’accusé, devant un juge qui décide si oui ou non la protection s’applique. (6) Le privilège est présumé s’appliquer, tant qu’un juge n’en aura pas décidé autrement.
  • Quand est-ce que la nécessité de démontrer l’innocence de l’accusé affectera le privilège ?
    • Quand il y a raison de croire que l’information fournie par un appelant pourrait prouver l’innocence d’une personne accusée, et si cette information n’est pas disponible d’aucune autre source, un juge peut en décider, en suivant une procédure claire et établie. Si un juge conclut que l’innocence d’un individu est en cause, le juge peut demander une version éditée de la fiche d’information, contenant seulement la partie prouvant l’innocence d’un individu, et que cette information soit divulguée à l’accusé. (7)
  • Est-ce que l’information d’Échec au crime sera toujours divulguée, quand l’innocence d’un accusé est en jeu ?
    • Non. Les procureurs de la Couronne protègeront l’anonymat de tous les appelants, incluant ceux des programmes Échec au crime. Si l’innocence d’un accusé est en jeu, la Couronne a l’option d’abandonner les accusations avant de divulguer la preuve. Si les preuves indiquent qu’il y aura un acquittement de toute façon, la pratique standard est d’abandonner les accusations avant la divulgation de la preuve.
  • Quelles circonstances pourraient supporter la présomption d’innocence ?
    • L’appelant pourrait devenir un témoin oculaire. Une personne accusée a le droit de faire face à son accusateur ou accusatrice, donc un témoin oculaire (quelqu’un qui a vu le crime être commis et aurait de l’information privilégiée à offrir) doit être identifié. Les témoins oculaires devraient informer la police, plutôt qu’Échec au crime. Ceci inclut les victimes, pour des raisons évidentes. Une victime ne peut être anonyme à l’accusé (ceci est très différent d’une interdiction de publier le nom de la victime, qui peut être utilisé dans certains cas).
    • La preuve pourrait démontrer qu’un accusé a été incité par un appelant (dans un rôle d’agent provocateur) à commettre un crime, qu’il/elle n’aurait pas commis autrement, pointant vers une cause de « piégeage ».
    • Ou bien que des preuves (ex. : drogues, armes, etc.) pourraient avoir été mises en place pour piéger une personne innocente.

 

La priorité d’Échec au crime sera toujours de protéger l’anonymat des appelants. Si vous avez des doutes sur ces questions, discutez-en avec les répondants aux appels, sans vous identifier, et avant de fournir votre information.


[1] R. v. Leipert, [1997] 1 SCR 281

[2] R. v. Durham Regional Crime Stoppers Inc., 2017 SCC 45, ¶ 1; R. v. Barros, 2011 SCC 51

[3] Durham, ¶ 16

[4] Leipert, ¶ 20 – 22

[5] Durham, ¶ 28

[6] Durham, ¶ 35 – 39

[7] Leipert, ¶ 33

 

 

© Canadian Crime Stoppers Association 1.800.222.8477 | CSI | Webboard